Le mois de la commémoration..

Publié le par Lolotte

Bonsoir, en ce dernier jour de juin, je me devais de vous parler un peu de la Guyane et du camps de l'esclavage..

En effet, en Guyane, juin est le mois de la commémoration de l'esclavage.

Alors voilà un petit résumé, bref je sais mais bon, je ne veux pas non plus vous assommer!!!!


Qu’est-ce que  le Bagne ?

 

Il faut d’ailleurs évoquer les Galères avant d’expliquer l’origine du mot bagne. Les galères ancêtre du Bagne sont tout simplement des juridictions pénales établies par la loi Française  de L’ancien Régime pour  punir  certains  crimes. Les Condamnés aux Galères viennent à établir des travaux forcés allant d’une  peine maximale de neuf ans. Cependant, la marine Française en manque de main-d’œuvre recrute directement ses galériens auprès des tribunaux qui condamnaient les criminels, les délinquants…Par ordonnance signée par Louis XV le 27 septembre 1748  toutes les personnes condamnées aux Galères sont dirigées vers des Bagnes. Ceux de Toulon, de Brest et de Rochefort seront crées dans un premier temps. Celui de Cayenne sera crée qu’en 1854 par Napoléon III.

 

 

I -le Bagne : Etymologie. 

            Le mot bagne vient de l'italien « Bagno ». Le mot est originaire de la région de toscane en Italie. Les fameux bains de Livourne sur lesquels des prisons ont été construites. Aujourd'hui, le mot bagne désigne un établissement pénitencier où sont internés les forçats  qui purgent leurs peines par des travaux forcés. Quel bagne ! dira-t-on ? L'expression évoquée souligne la pénibilité du travail.

 

II-  La carte d'identité du Bagne

 

            Depuis la moitié du XIXème siècle, la Guyane accueille sur son territoire des déportés politiques, des criminels, des condamnés. L'idée vient tout justement des hommes de lois pour qui ces affabulateurs constituent une épine cancérigène pour le territoire métropolitain. Les Bagnards ! C’est le fameux nom donné à ces assassins transportés comme des marchandises, serrés les uns aux autres, emmaillotés lors de la grande traversée de l’océan Atlantique. Le bagne fut crée par la loi de 1854 et fut aboli en 1938. Les Guyanais de l’époque étaient étonnés de voir arriver à Cayenne pour la première fois des bagnards venus de la métropole à bord ces  navires : « La Matinière », « La Décade », « La Bayonnaise ». Ainsi, la Guyane est étiquetée du label « le voyage aux enfers ! ». Adieu la France Hexagonale, en route vers le Bagne !


 

II-                 L'historique de la ville de Saint-Laurent.

Deux années après l’échec de la première expédition des forçats en 1852 aux iles du salut, la loi de la transportation a été voté en 1854. Ainsi, commence l’histoire pénale du Bagne de la Guyane. En 1858, le commandant Auguste Baudin, Laurent de prénom baptisera la commune Saint-Laurent du Maroni. La commune s’agrandit au fur et à mesure, quand tous les services de l’administration pénitentiaire sont installés (Bâtiments administratifs, Hôpitaux, camp des transportés).Par conséquent, la commune s’est dotée d’un statut unique de commune pénitentiaire le 16 mars 1860 par la loi de Jules Grévy Président de la République. L’arrêté est promulgué à Cayenne le 7 Mai 1880 par le gouverneur Marie Alfred-Armand Huart et directeur de L’administration pénitentiaire qui est chargé de son exécution. La commune est alors construite au fil des années par les bagnards pour accueillir d’autres forçats.

 

III-               La catégorie des Bagnards.

                La connaissance des peines infligées aux bagnards nous aide à mieux  comprendre     cette institution pénale produit par la République. La peine à la Déportation fut infligée aux déportés politiques sous le second Empire et à la III ème République. Cette peine est réservée aux espions et aux activistes  politiques ainsi qu’aux traites (affaire Dreyfus) pour n’en citer que cela. Celle de la Transportation est assignée aux travaux forcés condamné à une  peine de moins de huit ans et devait rester dans la colonie une durée égale à sa peine

 

La sute..... au prochain post..

Publié dans bla bla bla....

Commenter cet article

siaskas 01/07/2011 03:07



Merci pour ce rappel,mon frangin qui habite à Kourou m'en a parlé hier au téléphone !!!! Bizzz